FAQ

L’hypnose impressionne et soulève de nombreuses interrogations

C’est en grande partie à cause d’un amalgame avec l’hypnose de spectacle dont l’image est largement véhiculée dans les films et les émissions de divertissement.

Le but de l’hypnose de spectacle est précisément d’être spectaculaire ! De vous impressionner et d’ébranler vos convictions, à la manière d’un tour de magie.

Le but de l’hypnose Ericksonienne, ou hypnose thérapeutique est de vous aider à avoir une meilleure vie avec des procédés hypnotiques respectueux et sans artifices. 

Les buts n’étant pas les mêmes, les méthodes diffèrent également.

Pour mettre certaines choses au clair et répondre aux questions les plus courantes, vous pouvez consulter la section FAQ ci-dessous.

Si votre question n’est pas (encore) dans la liste, vous pouvez me contacter directement au 06 62 51 05 19, j’y répondrai avec plaisir et je mettrai la liste à jour si nécessaire.


C’est comment la transe ?

La transe est un état naturel de profonde détente, pendant lequel votre esprit conscient peut vagabonder librement d’une idée à l’autre et rêvasser pendant que votre esprit inconscient reste attentif à tout ce qui se passe.

C’est ce qui vous arrive à chaque fois que vous faites quelque chose sans y penser, en mode automatique, comme quand vous conduisez ou vous promenez en pensant à autre chose et qu’une fois arrivé, vous ne vous rappelez pas du chemin que vous avez pris, ni de vous être bien arrêté à tel ou tel stop.

Autant dire que ça vous arrive spontanément des dizaines de fois par jour.

C’est votre esprit inconscient qui créé votre transe. Pas l’hypnothérapeute.

Milton Erickson avait d’ailleurs l’habitude de dire que « toute hypnose est auto-hypnose« .

En hypnose, donc, l’hypnothérapeute vous donne une opportunité de vous mettre en transe de façon un peu plus profonde que vous n’en avez l’habitude afin de pouvoir s’adresser à votre esprit inconscient et vous aider à accomplir les changements qui résistent à- ou qui ne dépendent pas de- votre volonté consciente en contournant les limites logiques et rationnelles de votre esprit conscient.

Certaines personnes qui ont fait l’expérience de la transe en séance d’hypnose disent que c’est comme « être là, et ne pas être là en même temps ». En général, toutes les personnes qui font l’expérience de la transe en séance d’hypnose se sentent profondément détendues en sortant.

Est-ce que c’est dangereux ?

L’hypnose Ericksonienne a l’avantage de ne présenter aucun effet indésirable. Au pire, il ne se passera rien et vous n’obtiendrez pas les résultats que vous souhaitiez.

L’hypnothérapeute peut vous aider à sortir de transe à tout moment si besoin, et vous pouvez également le faire pour vous même.

Est-ce que ça marche sur tout le monde (est-ce que tout le monde est réceptif) ?

Je rappelle ici ce qu’est la transe : un état naturel de profonde détente, pendant lequel votre esprit conscient peut vagabonder librement d’une idée à l’autre et rêvasser pendant que votre esprit inconscient reste attentif à tout ce qui se passe.

Cet état-là est à la portée de toute le monde.

L’hypnose utilise cette faculté naturelle de « débrancher » un peu l’intellect dont est doté tout être humain à la naissance pour aider les personnes qui consultent à faire un travail inconscient et à améliorer une problématique donnée.

Etant donné que tout le monde a un cerveau, dirigé par une partie consciente et une partie inconsciente, l’hypnose peut marcher sur tout le monde.

Donc en théorie, l’hypnose pourrait « fonctionner » avec tout le monde.

Cependant, il est possible que :

  • l’inconscient ne souhaite pas faire le travail suggéré,
    • parce qu’il n’est pas écologique (respectueux de votre équilibre intérieur à tous les niveaux),
    • que le moment est mal choisi (essayer d’arrêter de fumer en pleine période de bilans pour un comptable),
    • ou parce que la personne qui consulte ne souhaite pas vraiment prendre la responsabilité de son changement et utilise l’hypnose comme excuse : « décidément, j’ai vraiment tout essayé, – même l’hypnose ! – et rien ne marche ».

 

  • certaines personnes soient tellement dans le contrôle, l’analyse intellectuelle et la maîtrise d’elle-même que cela ne fonctionne pas, ou tout du moins pas dès la 1ère ni même 2ème séance. Il faut tout de même une capacité à simplement lâcher prise. Parfois ces personnes-là doivent d’abord apprendre cela pour commencer à « apprivoiser la transe » et espérer pouvoir faire un travail thérapeutique utile.

Vous êtes allés voir un hypnotiseur de spectacle et cela n’a pas marché sur vous ?

Vous pensez que vous n’êtes pas « réceptif ».

En réalité, même si vous étiez en partie curieux et envieux des gens sur qui « ça a fonctionné », au plus profond de vous même, vous n’aviez pas envie de faire le clown sur une scène en public. C’était contre votre instinct naturel de survie (une des nombreuses responsabilités de protection de votre inconscient !).

L’inconscient ne nous laisse pas faire n’importe quoi si c’est contre nos valeurs profondes, et heureusement.

Est-ce qu’on est assis ou allongé ?

L’hypnose se pratique assis car vous n’allez pas vous endormir.

Si votre état de santé le requiert, ou si elle est pratiquée dans les hôpitaux comme pour remplacer l’anesthésie, elle peut bien sûr aussi se pratiquer allongé, mais pas dans mon cabinet parce que je n’ai pas de matériel adéquat 🙂

Est-ce qu’on peut parler en transe ?

Bien que ce ne soit pas le but de l’hypnose, il est tout à fait possible de parler en transe si l’hypnothérapeute vous y invite.

Il arrive que certaines personnes aient l’impression qu’elles ne pourraient pas parler spontanément si elles le voulaient, mais dans tous les cas, l’hypnothérapeute installe avec vous au préalable du travail hypnotique un moyen de communication qui permet à votre inconscient de s’exprimer.

Ce sont souvent des signaux des doigts, ou plus techniquement des « signaux idéomoteurs », c’est à dire des mouvements des doigts très légers et complètement inconscients qui permettent de signaler « oui », « non », ou « j’ai besoin d’attention ». Il peut s’agir également de simples signes de tête (hochement ou « non » de la tête).

L’hypnothérapeute reste attentif pendant toute la séance à votre comportement, à tout signe lui permettant de déceler une réaction confortable ou inconfortable, agréable ou désagréable de votre part, et peut vous aider à sortir de transe à tout moment si besoin, tout comme vous pouvez aussi sortir de transe quand vous le souhaitez.

Est-ce qu’on peut bouger en transe ?

Ça dépend. Il y a autant de transes différentes qu’il y a de gens. Certaines personnes sentent qu’elle pourraient bouger si elle le souhaitaient, et d’autres ont l’impression que ça leur serait difficile. Ces sensations sont des phénomènes hypnotiques qui n’ont lieu que pendant la transe.

L’hypnothérapeute reste attentif pendant toute la séance à votre comportement, à tout signe lui permettant de déceler une réaction confortable ou inconfortable, agréable ou désagréable de votre part, et peut vous aider à sortir de transe à tout moment si besoin, tout comme vous pouvez aussi sortir de transe quand vous le souhaitez.

Est-ce qu’on entend quand on est en transe ?

Ça dépend. Il y a autant de transes différentes qu’il y a de gens. Certaines personnes entendent tout ce que dit l’hypnothérapeute, et d’autres « décrochent » et n’entendent plus vraiment. Ce n’est en aucun cas de la surdité, mais juste l’attention qui se focalise à l’intérieur et qui oublie un peu les stimuli extérieurs.

Est-ce qu’on se rappelle de ce qui se passe pendant la séance ?

Il est tout à fait possible techniquement d’induire une amnésie en hypnose, c’est ce que font les hypnotiseurs de spectacle pour rendre la situation encore plus spectaculaire au yeux du public et des volontaires.

Ça n’est pas ma pratique de l’hypnose, et sans avoir besoin d’induire d’amnésie formelle, la quantité d’informations dont vous vous rappellerez effectivement dépendra de :

  • de la durée de la séance (si quelqu’un vous parle pendant une heure, même hors transe, vous ne vous rappellerez pas de tout),
  • de la profondeur de votre transe,
  • du bon vouloir et du jugement de votre esprit inconscient qui ne porte à votre connaissance consciente que ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. (Quand vous n’en avez pas besoin, vous ne pensez pas à toutes vos tables de multiplication ?)

Vous vous rappellerez sans doute de certaines choses dont j’aurai parlé, de certaines sensations (vos signaux des doigts, froid, chaud) et probablement pas de tout et c’est très bien comme ça.

Dans l’ensemble, puisque vous venez consulter un hypnothérapeute pour résoudre un problème à un niveau inconscient, car vous n’avez pas réussi à le régler avec votre logique et votre raisonnement conscient, il vaut mieux laisser l’inconscient gérer le travail qui se fait et décider si vous avez vraiment besoin de tout savoir et de tout vous rappeler consciemment.

Tout souvenir conscient de la séance est à garder comme un cadeau, un bonus, mais vous n’en avez pas besoin.

L’inconscient fait des connections et des associations d’idées qui échappent complètement à la logique consciente. C’est comme ça qu’il fonctionne et qu’il fait le mieux son travail.

Décortiquer avec son intellect tout ce dont on se souvient pour essayer d’analyser et de comprendre sa séance d’hypnose nuit grandement au travail réalisé par votre inconscient pendant la séance. Je vous le déconseille. 

Est-ce qu’on est complètement inconscient quand on est en transe ?

Non. On est profondément détendu, plus attentif à son univers intérieur qu’aux bruits et images extérieures. Comme on reste généralement immobile pendant un moment, on peut oublier les sensations dans certaines parties de son corps, et s’en rappeler uniquement lorsqu’on bouge de nouveau cette partie.

On peut même continuer à avoir des pensées conscientes, se demander ce que raconte l’hypnothérapeute et où il veut en venir, ou se sentir confus.

Si vous étiez complètement inconscient, ce ne serait pas le cas et vous risqueriez de tomber de votre chaise.

Est-ce que l’hypnothérapeute peut me faire faire des choses que je ne veux pas ?

Non.

Votre inconscient veille à votre survie en permanence. C’est son travail. C’est lui qui fait que vous n’oubliez jamais de respirer et qui vous averti du danger.

Tout comme il ne permet pas que vous oubliiez de vous oxygéner, il n’accepte pas de faire ce qu’une volonté extérieure à vous vous dicte si c’est contre vos valeurs profondes ou si cela met votre intégrité, votre sécurité en danger.

On ne peut pas mettre d’idées nouvelles dans votre esprit si cela ne vous convient pas profondément mais seulement vous aider à améliorer et raffiner ce qui existe déjà.

Dans le travail hypnotique, c’est votre inconscient qui fait le travail pour vous, et pour ce faire, c’est lui qui évalue et décide si le travail en question est une amélioration de ce qu’il fait déjà pour vous ou si c’est contre vos valeurs profondes, contre qui vous êtes vraiment. Dans ce cas-là, il ne coopère pas.

Bien sûr, la profession n’étant pas encore réglementée, il reste important de choisir un hypnothérapeute correctement formé, de vérifier ses certificats et la qualité de la formation. Toute adhésion à un syndicat d’hypnothérapeute reconnu et au moins national est un gage supplémentaire d’éthique. Ces informations figurent normalement sur le site de toute hypnothérapeute sérieux, ainsi qu’un lien vers le syndicat et l’école en question.