Désancrage

L., jeune adolescente, est venue me voir avec sa mère

Elle ne peut plus entendre une certaine musique sans qu’une très forte émotion l’envahisse depuis qu’elle a été témoin d’un événement douloureux alors que cette même musique passait à ce moment-là.

Elle a fait ce que l’on appelle en PNL (Programmation Neuro-Linguistique) un « ancrage », c’est-à-dire qu’elle a inconsciemment associé cette musique à l’événement en question.

Cela la gêne beaucoup au quotidien car cela peut se produire n’importe quand, dans n’importe quel endroit où l’on diffuse de la musique, et l’empêche parfois de pratiquer ses activités de loisir favorites. Elle a aussi l’impression de ne pas être « normale » devant ses copines et cela lui fait peur.

Après une induction (c’est-à-dire le processus par lequel je l’ai aidée à entrer dans un état de conscience modifiée) le travail a commencé.

Les émotions générées par un événement douloureux ou traumatique sont normales et légitimes. Lorsqu’elles s’accompagnent de complications, de grosses difficultés, de « symptômes » gênants qui persistent, c’est parce que l’événement en question n’a pas été compris et transformé en ressources par et pour la personne.

Mon travail avec L. a donc consisté à faire en sorte qu’elle puisse revisiter l’événement complètement inconsciemment – pour ne pas simplement le revivre et souffrir à nouveau – accompagnée par la version plus âgée d’elle-même avec ses forces et ses ressources plus développées d’aujourd’hui, pour la soutenir et l’aider à transformer l’événement en ressources cette fois-ci.